III – Guérison : La Vie, vivification
Le canal de la vie divine,
la pure essence de l’être
Renouveau
Présence

1 – La Vie, vivification

C’est par l’intermédiaire de la vibration, par le mouvement, que l’esprit se transforme en matière.

Le corps humain est un véhicule de l’esprit, un véhicule accompli qui expérimente tous les différents aspects de la création … En réalité, chaque objet est réceptif à l’esprit et au travail de l’esprit qui est actif dans tous les aspects, noms et formes de l’univers.

Vol II p. 85 éd. angl.

Ce qu’on appelle la vie est une absorption de l’esprit par la matière. Aussi longtemps que la matière est solide et suffisamment énergique pour absorber la vie ou l’esprit venant de l’espace, elle continue de vivre, se mouvoir et être en bonne condition. Quand elle n’a plus prise sur l’esprit, quand elle ne peut plus absorber l’esprit comme elle devrait, alors elle ne peut plus vivre, car la substance de la matière est l’esprit.

XI.Pt I ch 12

La différence entre ce qu’on appelle un objet et un être vivant réside dans la quantité d’esprit qu’ils absorbent… Il y a un épanchement constant de l’esprit dans la matière, qui est sa substance propre, et selon l’intensité avec laquelle l’esprit touche la matière, la matière prend la forme d’un objet ou d’un être. Ainsi la différence entre la création inférieure et la création supérieure est celle de la quantité d’esprit qu’elles sont capables d’absorber. On retrouve cette même différence entre une personne spirituelle et une personne matérialiste/matérielle [a material person].

XI.Pt1.XIII.1

Il ne s’agit pas simplement d’exister mais d’exister pleinement, complètement. L’âme n’est pas dépendante des yeux pour voir. Elle voit plus que les yeux physiques peuvent voir. Elle n’est pas dépendante des oreilles, car elle entend plus que ce que les oreilles peuvent entendre. Ainsi, la personne qui connaît l’esprit reçoit une inspiration beaucoup plus grande du fait qu’elle peut exister indépendamment du corps physique…

X.Pt1.V.2

L’esprit de chaque chose et de chaque être se trouve à la fois au-dedans d’eux-mêmes et au-dehors. Que ce soit du métal, une pierre, un fruit ou une fleur, chaque chose a son esprit en elle, même si c’est sous une forme cachée. Cet esprit continue d’exister même après que l’objet ait perdu sa vie apparente. [bois de santal, cendres de perles, l’étincelle dans une pierre, l’espace à l’intérieur de certains fruits.]

Rares sont ceux qui peuvent déceler l’esprit dans le vide, pourtant, on peut observer certains phénomènes dans le vide, par exemple, dans le vide d’une pomme, on peut trouver l’essence du fruit tout entier. Les peuples anciens croyaient en l’existence des esprits des arbres et des plantes, des montagnes et des collines, ce n’était pas seulement de l’imagination.

Poss : XI.Pt1.X.I

2 – La vie et la mort – l’esprit et la matière

Il y a un conflit entre l’esprit et la matière. La matière absorbe l’esprit afin d’exister, et l’esprit assimile la matière, car elle lui appartient en propre. L’ensemble de la manifestation peut ainsi être considéré comme un conflit permanent entre l’esprit et la matière ; l’esprit se développe en tant que matière d’une part et l’esprit assimile la matière de l’autre : le premier aspect est appelé « activité » et le second « silence », ou construction et destruction, vie et mort. Quand on réalise que la source à la fois de l’esprit et de la matière est la vie, on comprend que la mort n’existe pas ; mais on ne peut reconnaître ce fait que lorsque l’on sait distinguer entre la vie qui peut être appelée la source et la vie qui est passagère, la vie que la matière exprime par son absorption de l’esprit.

XI.Pt1.XII.1

… la vie se retire de la matière et pourtant elle demeure ; la vie ne peut être détruite.

XI.Pt1.XII.2

3 – Renouveau

Nous devons réaliser qu’il y a une vie et qu’elle est tout esprit ; même la matière est un état transitoire de l’esprit. Et l’esprit est intelligent ; il est l’intelligence même, en plus d’être puissant et de ne connaître ni la mort ni la décrépitude. Il est capable de donner sa vie même à la substance dense qui a été créée à partir de lui, et qui est matière. Ainsi, cela est au-delà du pouvoir des mots d’exprimer à quel point la pensée, le sentiment et l’attitude aident à guérir.

Vol IV p 39, éd.angl.

4 – Entraîner son esprit

En observant notre esprit on peut analyser comment tout ce que l’on dit, pense et sent a un impact sur notre esprit, et aussi comment ce dernier réagit. De cette façon, on peut analyser de mieux en mieux notre propre vie. Cela ressemble à un barattage de l’esprit, qui permettrait d’en extraire la crème, et cette crème est sagesse… Partout où est cette perception réside l’esprit vivant, même si on la trouve dans un petit enfant.

C’est pour cela que le mystique entraîne son esprit ; c’est cet entraînement de son propre esprit qui permet à une personne d’aider ceux qui l’approchent. L’histoire d’Ayaz nous en donne un exemple : c’est ainsi qu’il convient d’accorder l’esprit : de le nettoyer, de le purifier, de le rendre plus humble, de le modeler afin d’effacer ce qui aurait pu l’obscurcir, et de l’élever… Nous sommes aussi grands que notre esprit, nous sommes aussi vastes que notre esprit, nous sommes aussi abattus que notre esprit, nous sommes aussi petits que notre esprit ; l’esprit fait de nous tout ce que nous sommes.

XI.Pt3.XV.1

5 – Présence / Guérison

On se demande souvent dans quelle mesure l’esprit a du pouvoir sur la matière ; et la réponse est qu’il a tout pouvoir sur la matière étant donné que la matière est issue de l’esprit…

Quand on prend conscience de l’esprit, on prend conscience d’un puissant pouvoir caché ; et notre esprit est alors l’expression de cette Force Toute Puissante.

VII p 139 (éd. angl.)

Notre corps et notre esprit sont l’une des batteries de cette force, ils en sont constitués, nous sommes cette force. Le magnétisme d’un être humain est beaucoup plus grand que quoi que ce soit d’autre dans le monde… Etant donné que le corps et l’esprit de l’être humain sont plus radiants que toute autre chose, rien de plus ne peut lui donner un supplément d’esprit. La personne elle-même est l’esprit.

IV p. 38 (éd. angl)

Le secret de la guérison est de s’élever par le pouvoir de la foi au-dessus des limitations de ce monde de diversités, afin de pouvoir toucher, par le pouvoir de l’intelligence, l’unité de l’Etre complet. C’est là que l’on devient chargé du pouvoir tout puissant, et c’est par le pouvoir de cet accomplissement qu’on devient capable de s’aider soi-même et d’aider les autres dans leur douleur et leur souffrance. En vérité, l’esprit contient toute la puissance qui existe.

IV. 41-2 (éd. angl.)

Exercice

Méditation de Pir Vilayat : Accordage à la condition de l’Esprit-Saint